Hippocrate, De l’art médical, traduction d’Émile Littré, textes présentés, commentés et annotés par Danielle Gourevitch, introduction par Danielle Gourevitch, Mirko Grmek et Pierre Pellegrin, Livre de poche, bibliothèque classique, Paris, Hachette, 1994, 606 p. Traduit en coréen par Sunwoo Lee.

DE L’ART MEDICAL

Contemporain de Socrate, Thucydide, Sophocle, Euripide et Aristophane, Hippocrate compte parli les personnages les plus énigmatiques et les plus fascinants de l’Antiquité grecque, et son oeuvre s’impose aujourd’hui comme l’une des grandes clés de la compréhension des théories politiques et philosophiques anciennes. Philosophe et moraliste, considéré comme le véritable fondateur de la médecine rationnelle, il a jeté les bases d’une pratique à laquelle on se réfère toujours, et dont on continue de reconnaître la valeur opératoire. Ses textes et ceux de ses proches disciples ont été regroupés dans un vaste ensemble, le Corpus hippocraticum, où l’on trouve aussi bien des traités strictement médicaux, abordant les techniques du diagnostic et des soins, que des exposés plus proprement philosophiques et éthiques, qui développent une vision singulière de l’homme et du vivant. De l’art médical propose un panorama raisonné des écrits les plus notoires que, depuis toujours, la tradition rattache à Hippocrate lui-même: Le Serment, Les épidémies, Les fractures, Airs, eaux, lieux, etc.